Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Paroisse Saint Pierre en Pays d'Auge. Bonnebosq, Cambremer, Manerbe, Pré d'Auge

Le blog de la Paroisse Saint Pierre en Pays d'Auge, Cambremer, Bonnnebosq, Manerbe, Pré d’Auge

Homélie du Dimanche des Rameaux - 28 mars 2021

Publié le 29 Mars 2021 par Paroisse Saint Pierre en Pays d'Auge

 

       Chères sœurs, chers frères, nous parvenons à la fin de notre Carême, temps d’efforts, de réflexions, de retour sur notre vie et de choix pour les semaines et mois qui viennent. La semaine Sainte commence. Nous avons essayé de vivre ce carême en compagnie de Saint Joseph à qui le mois de mars est dédié et aussi avec l’aide de notre pape François et sa lettre apostolique «  Patris Corde ». Nous avons médité sur l’amour de saint Joseph, la tendresse de saint Joseph, l’obéissance de saint Joseph, le courage créatif de saint Joseph. Aujourd’hui nous allons considérer saint Joseph TRAVAILLEUR. C’est  lui, dans son travail, que nous fêtons chaque année le 1er mai.

       Le pape François nous écrit « Saint Joseph était un charpentier qui a travaillé honnêtement pour gagner la subsistance de sa famille. Jésus a appris de lui la valeur, la dignité et la joie de ce que signifie "manger son pain, fruit de son travail." et encore : « Le travail devient participation à l’œuvre même du salut, occasion pour hâter l’avènement du royaume, développer les potentialités et qualités de la personne au service de la société. » 

       Nous voyons assez dans notre société les troubles que procurent l’absence de travail, le chômage. Le pape François nous redit ; « La crise de notre époque, qui est une crise économique, sociale, culturelle et spirituelle, peut représenter pour tous un appel à redécouvrir la valeur, l’importance et la nécessité du travail pour donner naissance à une nouvelle « normalité » dont personne n’est exclue ». La lettre de saint Paul aux Philippiens nous dit combien le Christ a « pris la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes.., reconnu homme à son aspect. »

       Depuis son adolescence jusqu’à ses 30 ans, Jésus a travaillé à Nazareth, les personnes de son village le connaissent comme le fils du charpentier. Il a transpiré sur l’établi, il a porté de lourdes planches, il a raboté, scié, utilisé le marteau et le maillet, toutes les activités d’un bon ouvrier du bois. Il n’a pas toujours été bien accueilli dans son village, certains ont même voulu le jeter en bas d’une colline.

       Le texte d’Isaïe nous révèle jusqu’où doit aller le travail de Jésus sur terre. Il est venu sur notre terre pour accomplir le travail que son Père lui a confié : Sauver l’humanité pécheresse. C’est pourquoi : « Le Seigneur mon Dieu, m’a ouvert l’oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé. »

       Cela nous introduit dans la lecture de la passion selon Saint Marc. Jésus sait ce que son Père avec lui et l’Esprit Saint ont prévu pour le salut du monde. Il veut accomplir son travail jusqu’au bout.  C’est ce qu’il explique à ses disciples dans l’épisode de la femme qui verse du parfum sur lui. « D’avance elle a parfumé mon corps pour mon ensevelissement. » Il sait que cette tâche sera semée d’embuches. Il prédit la trahison de Judas, le reniement de saint Pierre et la dispersion des disciples. Aussi le psaume 21 exprime son sentiment profond : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné. Quand il leur donne son corps et son sang lors de la cène, il sait tout cela. De même quand Jésus se donne à nous tous dans l’Eucharistie, il connait notre faiblesse, il nous connait mieux que nous même, mais que ce soit les disciples d’il y a 2000 ans ou que ce soit les disciples d’aujourd’hui, il nous aime. Par amour pour l’humanité de tous les temps, pour satisfaire la justice divine il s’offre au calvaire. Le Fils de Dieu fait homme, le Fils de Dieu, vrai Dieu et vrai homme, vrai roi de l’univers, se donne pour racheter l’humanité et nous propose son salut. Les humains de bonne volonté sont tous invités dans son royaume . Jésus nous te rendons grâce.                                                                                  Amen

Commenter cet article