Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Paroisse Saint Pierre en Pays d'Auge. Bonnebosq, Cambremer, Manerbe, Pré d'Auge

Le blog de la Paroisse Saint Pierre en Pays d'Auge, Cambremer, Bonnnebosq, Manerbe, Pré d’Auge

Homélie du 2e dimanche de Carême 2021

Publié le 2 Mars 2021 par Paroisse Saint Pierre en Pays d'Auge

       Chers frères et chères sœurs,

       Notre chemin de carême est commencé depuis 10 jours déjà et c’est le moment de regarder si nous sommes bien en route vers le Christ , mort le vendredi saint  et ressuscité le jour de Pâque. La semaine dernière nous avons contemplé la fidélité de Saint Joseph, fidélité à son Dieu, fidélité à sa mission de père adoptif, mais vraiment père de Jésus.

       Ce dimanche nous allons méditer sur l’obéissance de saint Joseph. Commençons par examiner les textes de ce jour.

       Dans les textes de la Genèse de ce jour, Abraham vit un drame absolu. Lui qui croit fermement en Dieu, qui a vécu la grâce de Dieu en obtenant dans sa vieillesse un fils de sa femme Sarah, il entend l’appel de Dieu, il se trouve confronté à un cruel dilemme : Ou désobéir à Dieu ou sacrifier son fils. Dans son désir d’obéir, il se met en route. Son cœur est meurtri, il pousse très loin l’obéissance. Un Père va sacrifier son fils unique par obéissance, par une foi absolue en son Dieu. Nous avons du mal à comprendre cette obéissance totale. Il croit en ce Dieu qui lui a promis une descendance nombreuse, il croit que ce Dieu fait des miracles. Et le miracle s’accomplit ! Un ange intervient au nom de Dieu, Isaac est sauvé et sera le premier de la descendance d’Abraham. Ce père prêt à sacrifier son propre fils, nous le pensons maintenant, c’est une préfiguration de Dieu lui-même donnant son Fils à L’humanité.

       La lettre de saint Paul s’explique avec cette orientation de la pensée. « Il n’a pas épargné son propre Fils, mais il l’a livré pour nous tous. » Dieu le Père  demande à son Fils de nous sauver du mal et du péché. Jésus, lui, a voulu aller jusqu’au bout du sacrifice par obéissance à son Père, par amour de son Père et par amour pour toute l’humanité. Il y a un mystère dans ce choix. Jésus dans son humanité a réellement souffert dans son corps et en son âme, une mort et une agonie terrible. Dans sa divinité il a accueilli avec son Père et le Saint Esprit cette offrande. Acceptant cette offrande le Dieu Trinité ressuscite l’homme Jésus qui maintenant « est à la droite du Père et il intercède pour nous ». Le salut des Hommes vient de cette offrande du Fils, offrande qui est rendue présente pour nous à chaque Eucharistie.

        L’évangile de saint Marc nous fait entrer dans une autre dimension. Jésus emmène avec lui trois apôtres, Pierre, Jacques, et Jean, les mêmes que ceux qu’il emmènera quelques jours plus tard au jardin de Gethsémani. Il veut les préparer par la vision de sa gloire aux épreuves que lui et eux vont vivre. La présence de Dieu Père se manifeste dans la nuée. La voix dit : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le ». Ces paroles s’adressent bien sûr aux apôtres mais elles s’adressent aussi à nous tous. Comment les interpréter ? Que signifie pour chacun de nous "écouter Jésus" ? La première chose qui nous vient à l’esprit, c’est d’écouter ce que dit Jésus dans tout le discours qui nous est rapporté dans les Evangiles : Le grand commandement de l’Amour, amour de Dieu, amour aussi de tous nos frères et sœurs. Aimer Dieu peut paraitre facile, aimer nos semblables c’est plus difficile. La deuxième chose qui nous vient à l’esprit, c’est de regarder comment Jésus a agi.  Là nous voyons combien il n’a pas cessé d’agir avec Amour. Lui aussi dans cette vie sur la terre il est dans sa mission, il obéit à son Père, par son exemple nous sommes instruits.

       Venons en maintenant à Saint Joseph que nous essayons de contempler pendant ce carême. Nous le savons, peu de texte parle de lui. Nous avons cependant de beaux témoignages de son obéissance. Lui comme Abraham se pose un cas de conscience. Devant la grossesse de la Vierge Marie, il ne comprend pas. Il sait qu’il n’est pas le Père. Or, il est le fiancé officiel de Marie. Il lui parait impossible d’assumer la paternité d’un autre. Selon la loi de Moïse, Marie est infidèle et doit être lapidée, Joseph ne veut pas la mort de Marie, il décide donc de la répudier en secret. L’ange intervient par un rêve ( Matthieu1,19 et suivant) « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi , Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint »… « Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit. » Voilà un bel exemple d’obéissance ! Toutes les autres actions rapportées dans les évangiles montrent combien Joseph est obéissant à la volonté de Dieu : Présentation au temple, fuite en Egypte et retour d’Egypte, pèlerinage à Jérusalem.

       Voilà les exemples qui nous sont offerts, à nous de les méditer, de les contempler et de réfléchir pour découvrir ce que nous pouvons faire dans notre propre vie afin de les imiter.

       Nous disons souvent la prière de Notre Père : « Que ta volonté soit faite », faisons-en sorte que ce ne soit pas un simple souhait, mais un vrai désir de le faire.                                                                          Amen

Commenter cet article