Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Paroisse Saint Pierre en Pays d'Auge. Bonnebosq, Cambremer, Manerbe, Pré d'Auge

Le blog de la Paroisse Saint Pierre en Pays d'Auge, Cambremer, Bonnnebosq, Manerbe, Pré d’Auge

Sacrement des malades ou Onction des malades

Publié le 28 Mai 2019 par Paroisse Saint Pierre en Pays d'Auge in Les Sacrements

       Le sacrement des malades revient de loin. Longtemps réservé aux mourants, mal compris, il avait bien failli disparaître. En réalité, Jésus, en personne, donne au malade sa force et sa paix, au creux de l'épreuve.

 

-o-o-o-o-o-o-

 

       "Le sacrement des malades est le second et dernier des sacrements de guérison. Par l'onction sacrée des malades et la prière des prêtres, c'est l'Eglise toute entière qui recommande les malades au Seigneur souffrant et glorifié, pour qu'il les soulage et les sauve ; bien mieux, elle les exhorte, en s'associant librement à la passion et à la mort du Christ, à apporter leur part pour le bien du Peuple de Dieu." (Catéchisme de  l'Eglise Catholique)

 

-o-o-o-o-o-o-

 

       A la suite du Christ, l'Eglise n'a jamais cessé d'accorder une de ses priorités aux malades, en particuliers à travers le sacrement de l'onction des malades, signe de la tendresse de Dieu et moment de rencontre privilégiée du malade avec le Seigneur. En se découvrant accompagné et aimé par Jésus dans sa fragilité et dans sa faiblesse, le malade reçoit la force de l'Esprit Saint pour lutter contre la maladie, entrer dans une nouvelle espérance. Ce sacrement est destiné à donner aux malades, sinon la guérison physique, du moins la force dans l'épreuve. Il faut un peu penser à ce qui se passe à Lourdes : peu de malades reviennent guéris, mais la plupart y redécouvrent l'espérance...

       Le désir le plus fondamental d'une personne malade reste celui d'être aimée, de pouvoir rendre cet amour, d'être considérée comme une personne unique et encouragée dans toutes les dimensions de son être.

 

-o-o-o-o-o-o-

 

Acte d'abandon à la Miséricorde de saint Jean-Paul II

       Seigneur, voilà plus de 65 ans que Tu m'as fait le don inestimable de la vie, et depuis ma naissance, Tu n'as cessé de me combler de Tes grâces et de Ton amour infini. Au cours de toutes ces années se sont entremêlés de grandes joies, des épreuves, des succès, des échecs, des revers de santé, des deuils, comme cela arrive à tout le monde. Avec Ta grâce et Ton secours, j'ai pu triompher de ces obstacles et avancer vers Toi. Aujourd'hui, je me sens riche de mon expérience et de la grande consolation d'avoir été l'objet de Ton amour. Mon âme Te chante sa reconnaissance. Mais je rencontre quotidiennement dans mon entourage des personnes âgées que Tu éprouves fortement : elles sont paralysées, handicapées, impotentes et souvent n'ont plus la force de Te prier, d'autres ont perdu l'usage de leurs facultés mentales et ne peuvent plus T'atteindre à travers leur monde irréel. Je vois agir ces gens et je me dis : "Si c'était moi ?" 

       Alors, Seigneur, aujourd'hui même, tandis que je jouis de la possession de toutes mes facultés motrices et mentales, je T'offre à l'avance mon acceptation à Ta sainte volonté, et dès maintenant je veux que si l'une ou l'autre de ces épreuves m'arrivait, elle puisse servir à Ta gloire et au salut des âmes. Dès maintenant aussi, je Te demande de soutenir de Ta grâce les personnes qui auraient la tâche ingrate de me venir en aide.

       Si, un jour, la maladie devait envahir mon cerveau et anéantir ma lucidité, déjà, Seigneur, ma soumission est devant Toi et se poursuivra en une silencieuse adoration. Si un jour, un état d'inconscience prolongé devait me terrasser, je veux que chacune de ces heures que j'aurai à vivre soit une suite ininterrompue d'actions de grâce et que mon dernier soupir soit aussi un soupir d'amour. Mon âme, guidée à cet instant par la main de Marie, se présentera devant Toi pour chanter Tes louanges éternellement.

 

-o-o-o-o-o-o-

 

Ne doutez pas de l'amour divin

       Ne vous découragez pas, surtout des misères que vous voyez en vous ; quand Dieu nous les montre, "c'est déjà le signe que je t'en veux guérir."

       La parabole de l'enfant prodigue est une telle beauté ! C'est à moi que je dois l'appliquer. Je sais que j'ai été infidèle à mon Dieu, à mon amour. Et, quand je décide de retourner vers lui, voilà que je l'aperçois sur la route qui vient à ma rencontre. Il n'y a rien de si beau depuis les grands cris des prophètes sur l'amour de Yahvé pour son peuple ingrat. Il suffit d'avoir un cœur d'homme pour être bouleversé de ces choses.

       Mon message, c'est de n'avoir pas peur, de ne pas douter de l'amour divin qui vous aide, qui n'est pas loin, même dans les moments où il se cache, afin que vous le cherchiez et que vous le trouviez plus profondément toujours. 

       N(ayez pas peur de la vie, pas plus que de la mort. En Dieu, tout est grand malgré nos misères.

                                                                        Cardinal Charles Journet

 

-o-o-o-o-o-o-

 

Quand l'amour devient partage

       Quand la nuit du doute, du découragement, emprisonne ma vie, quand les événements sont trop lourds à porter, quand je n'arrive plus à trouver les mots pour te parler, Seigneur, donne-moi ta parole. Qu'elle m'aide à retrouver la confiance, qu'elle m'entraîne à murmurer les mots que ton Esprit fait naître en moi. Quand la vie refleurit, quand l'amour devient partage, que ta parole chante et vive en moi, en nous, qu'elle nous soutienne, à chaque instant, qu'elle fructifie, éternellement.

                                                                           Jean-Noël Klinguer

 

-o-o-o-o-o-o-

 

Information pratique

Pour recevoir le sacrement des malades, contacter le père Philippe Gros au : 06 71 39 31 36 ou 02 31 63 10 44      

Commenter cet article