Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Paroisse Saint Pierre en Pays d'Auge. Bonnebosq, Cambremer, Manerbe, Pré d'Auge

Le blog de la Paroisse Saint Pierre en Pays d'Auge, Cambremer, Bonnnebosq, Manerbe, Pré d’Auge

5e dimanche de Carême

Publié le 29 Mars 2020 par Paroisse Saint Pierre en Pays d'Auge in Carême

       Nous, hommes et femmes de ce monde, sommes toujours tiraillés entre le passé et l'avenir. Notre condition temporelle nous situe inexorablement dans une tension perpétuelle à travers laquelle nous tâchons, comme à tâtons, au jour le jour, de discerner la justice et la vérité pour vivre notre vie.

       Nous avons, en général, appris à nous appuyer sur notre expérience passé pour orienter nos choix et nos actions vers un avenir que nous souhaitons, sinon différent, du moins meilleur. Or voilà que le Dieu de la Promesse, celui de nos Pères, celui qui nous a libérés, à bras fort et à main puissante, nous demande dans le livre d'Isaïe, de ne plus faire mémoire du passé, car il fait une chose nouvelle! Ce paradoxe nous conduit donc à découvrir l'inouï de la présence de Dieu dans le présent de notre existence. 

       Notre Dieu n'est pas un dieu du passé, ni même de l'avenir, il est un Dieu d'éternité dans l'épaisseur du quotidien. C'est ce qu'expérimente la femme dite "adultère", que nous devrions plutôt appeler la "femme pardonnée". Jésus fait toute chose nouvelle, il la sauve du péché en l'envoyant dans la miséricorde infinie de Dieu. Le présent de Dieu est amour et pardon. C'est ce qu'il ne cesse de dire dans l'eucharistie qui est l'événement de l'éternité de Dieu dans le temps des hommes. Ainsi, nos décisions et nos actions doivent désormais s'ancrer dans la nouveauté du salut de Dieu qui seul peut orienter radicalement notre vie. En cette fin de Carême, soyons davantage présents au présent de Dieu comme lui-même est présent dans le nôtre.

                                                         Père Sylvain Brison

                                                     Magnificat 7 mars 2019

Commenter cet article