Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Paroisse Saint Pierre en Pays d'Auge. Bonnebosq, Cambremer, Manerbe, Pré d'Auge

Le blog de la Paroisse Saint Pierre en Pays d'Auge, Cambremer, Bonnnebosq, Manerbe, Pré d’Auge

Vendredi Saint - Chemin de Croix

Publié le 10 Avril 2020 par Paroisse Saint Pierre en Pays d'Auge in Carême

 

Célébration de la Passion du Christ

et de sa mort sur le Croix

 

       (Ces lignes ont été écrites par un prêtre malade

au cours d'une nuit sans sommeil

qui fut l'une de ses dernières nuits.)

       Je suis gêné pour respirer. Je ne pensais pas que ça viendrait si vite. Sans doute que je n'arriverai plus à dormir aucune nuit.

       Jésus, dans la nuit du Jeudi au Vendredi Saint, je te contemple. Tu sais que ce sera fini pour 15 heures. Tu sais par quoi il te faudra encore passer avant d'arriver à la fin et au but. Moi, je ne sais ni l'heure, ni ce par quoi il me faudra encore passer. J'ai peur. Et, tout à l'heure, en essayant encore de me rendormir, j'étais dans l'angoisse, et des rêves d'étouffement hantaient mon imagination.

       Veux-tu m'aider ? Donne-moi la main. Permets que je m'unisse aux derniers moments de ta vie, que les derniers moments de mon existence unis aux tiens servent à réparer mes péchés et les péchés de ton Eglise, qu'ils soient source de salut pour tous mes frères et qu'ils permettent à tous de te mieux connaître et mieux aimer.

       Donne-moi ta paix. Que l'angoisse et la souffrance n'empêchent pas la joie. Que ma solitude, éclairée par la solitude de ta nuit du Jeudi au Vendredi Saint, soit remplie de ta présence et de ton amour.

 

 

Chemin de Croix : Mystères douloureux

   (Parole et prière n°93 - mars 2018)

(Gerard van Honthorst)

Première station : Jésus est condamné à mort

       Il faut vraiment fermer les yeux ou abaisser le regard pour condamner à mort celui qui est tout amour. Ou alors, il faut n'avoir pas de cœur. Combien de fois ai-je condamné quelqu'un sur un simple coup d’œil avant même de l'avoir entendu ou d'avoir appris à le connaître? Vais-je laisser les préjugés et les a priori gouverner ma vie?  

 

 

 

(Simone Martini)

  Deuxième station : Jésus est chargé de sa Croix

       J'ai une certaine facilité à me défiler quand mon frère est accusé. Je pourrais prendre sa défense plutôt que l'accabler ou le charger davantage, comme Jésus lui-même à été  chargé de toutes les fautes de l'humanité. Ma vie vaut-elle plus cher que la défense de mon prochain injustement accusé?   

 

 

 

 (Chantal de Lussy)

Troisième station : Jésus tombe sous le poids de sa croix

     Mon voisin qui croule sous le poids des problèmes, des galères, qui déprime et perd le goût de vivre... En lui, je vois Jésus posant genou à terre puis s'effondrant sous la lourde croix. Mon voisin a besoin de moi comme soutien : une oreille attentive, un conseil, un sourire, un peu de pain... Combien de temps vais-je l'ignorer?

 

 

 

(Jean-Georges Cornelius)

Quatrième station : Jésus rencontre sa très sainte Mère

       L'amour d'une mère pour son enfant, l'amour d'un enfant pour sa mère; deux amours qui se retrouvent pour une ultime rencontre... "Tu honoreras ton père et ta mère...", me disent les dix commandements. Mais il s'agit d'aimer plus que d'honorer! Et aimer jusqu'en d'insoutenables situations!

 

 

 

(Le Titien)

Cinquième station : Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix

     L'amour à travers le service de mes frères a parfois besoin d'un petit coup de pouce. Simon n'avait rien demandé et le voilà à aider un condamné que l'on veut cruellement voir aller jusqu'au bout de son supplice. D'abord obligé, Simon va découvrir que cet homme est l'amour incarné. La suite en découlera naturellement.

 

 

 

(Mattia Preti)

Sixième station : Véronique essuie la face de Jésus

       On dit et constate bien souvent que le mal laisse des traces, voir des blessures profondes que le temps ne parvient pas toujours à effacer. N'est-ce pas un mode de fonctionnement imposé par le monde? Pourquoi ce ne serait pas l'amour qui laisserait des traces indélébiles dans ma vie et mon cœur? D'ailleurs, c'est déjà le cas : le visage de Jésus laissé sur le linge de Véronique, c'est le visage de l'amour indélébile!

 

 

 

(Eglise Saint Symphorien Pfettisheim)

Septième stationJésus tombe pour la deuxième fois

       Puis-je rester sans rien faire devant mon frère qui tombe sous mes yeux pour la deuxième fois? J'ai peur! Peur de le suivre, peur de tomber avec lui... Peur qu'il m'entraîne dans sa chute. Alors que si je confie à Jésus l'aide que je souhaite apporter à mon frère, ce n'est plus moi qui l'aiderai, mais Jésus qui l'aidera avec mes bras.

 

 

 

(Muzéo)

Huitième station : Jésus console les filles de Jérusalem

      Pourquoi devrais-je attendre d'être en pleine forme pour aider mon prochain? La charité presse! Elle n'attend pas, sinon le temps sera passé. Je dois m'inspirer de Jésus qui, dans l'épreuve physique et subissant les outrages et insultes, prend sur lui et s'attarde auprès des filles de Jérusalem

 

 

 

(Mont Saint-Odile Alsace)

Neuvième station : Jésus tombe pour la troisième fois

       Jésus tombe pour la troisième fois et je suis toujours là à regarder, béat, impassible et inactif. Cette troisième fois sonne comme l'appel insistant du nécessiteux, qu'il soit Jésus ou mon prochain : "Viens! Viens à mon aide! Fais au moins la démarche, aie au moins l'intention de m'aider, moi qui suis pauvre, sans abri, dans la détresse physique ou morale...! J'ai besoin de toi"

 

 

 

(Voreppe - Isère)

Dixième station : Jésus dépouillé de ses vêtements

       Chaque matin, j'ouvre ma penderie débordante : "Que vais-je mettre? Je ne sais pas quoi me mettre! Je n'ai rien à me mettre!" Alors, à la première occasion, je vais "faire les boutiques" et je dois même m'acheter une nouvelle penderie... Alors que le pauvre à faim, soif et froid à ma porte. Alors que le réfugié attend un vêtement, ou au moins un peu de compassion...

 

 

 

(Lourdes)

Onzième station : Jésus est cloué sur la croix

       Là, sur la croix, quand Jésus est cloué, ce sont mes manques d'amour, la charité que je n'ai pas eue envers mon prochain, les moqueries envers Jésus... C'est tout cela, toutes mes faiblesses qui sont là exposées sur le bois de la croix. Ce n'est pas pour me culpabiliser, mais pour me faire prendre conscience de ce que je fais mal ou ne fais pas. Jésus veut que je grandisse dans l'amour, même si cela doit passer par un peu de souffrance : l'amour n'a pas de prix.

 

 

 

(Buhl - Haut-Rhin)

Douzième station : Jésus meurt sur la croix

       Avant de rendre l'esprit, Jésus dit : "Père, pardonne-leur..." et "Tout est accompli!" L'amour est allé au bout de lui-même, dans l'offrande ultime et totale. L'amour s'est donné sans condition, sans limite. Oui, mais ces pensées sont celles des hommes, parce que l'amour n'a pas fini son combat : je n'en ai vu que la partie "terrestre". Le plus beau, le plus intense, la victoire sont à venir. Patience! Confiance! Même quand tout semble terminé...

 

 

 

 (Fra Angelico)

Treizième station : Jésus est descendu de la croix et remis à sa Mère

       "Ce n'est pas l'ordre des choses! Ce n'est pas à la maman d'enterrer son fils! C'est trop injuste!" Voilà des pensées que j'ai probablement déjà eues. Pourquoi cela serait-il normal avec Jésus? Pourquoi ne pas l'accepter avec mes contemporains? Nous ne connaissons pas les pensées de Dieu, le pourquoi des vies courtes ou longues! "Mes pensées ne sont pas vos pensées et vos chemins ne sont pas mes chemins", nous dit le Seigneur (Is 55,8).

 

 

 

(Sanctuaire de la Trinité à Blois)

Quatrozième station : Jésus est mis au tombeau

       "Clap de fin! Fermez le tombeau! Roulez la pierre!... Dieu est mort!" Pensez-vous que Marie pleure la mort de son fils qu'elle sait être le Messie, le  Fils de Dieu? Marie pleure sur les hommes qui n'ont pas reconnu l'amour fait homme. Elle pleure sur leur cruauté et leur acharnement à vouloir se passer de Dieu, et aujourd'hui encore à vouloir se passer de Jésus. Mais le tombeau n'est pas le "clap de fin"! La victoire contre la mort se joue derrière la pierre roulée. Ce n'est pas "The end" mais "To be continues..." ("à suivre...").

Commenter cet article